Une semaine à Palerme avec une locale

1 Semaine - 10 Jours

Chef-lieu et plus grande ville de l’île de la Sicile, Palerme est une capitale incontournable lors d’un voyage au pays des arancini. Fameuse pour ses spécialités culinaires, sa culture, ses églises, son bord de mer, c’est un réel plaisir de découvrir l’Italie du sud comme on la voit dans les films.

Du linge blanc suspendu aux fenêtres, de nombreuses vespas aux conducteurs sans casque qui zigzaguent au fil des rues, le sicilien criant des « parolaccia » (alias grossièretés) depuis son salon, les odeurs de fritures des « panelle » du marché de la Vucciria, la vue sur la mer au petit matin, pas de doute, on est bien dans la tumultueuse et typique ville sicilienne de Palerme. L’accueil si chaleureux des siciliens vous fera fondre d’amour. Je lance les paris !


De passage à Palerme, on n’oublie pas de :

  • Manger dans la rue, le street food palermitain, tout un art !
  • Tester la glace italienne dans une brioche de la Brioscià. Ne soyez pas surpris de voir des brioches aux côtés des cornets chez les glaciers. Les italiens, et surtout les siciliens, adorent manger leurs glaces dans des brioches (nature, à l’orange, à la pistache et bien d’autres...). Light je vous ai dit, light... !
  • S’aventurer dans les hauteurs de Palerme à Monte Pellegrino
  • Faire un « aperitivo tipico » au Vespa Café ou au Siciliano. Ne prévoyez pas de manger après, cet apéritif est plus un vrai diner qu’un « antipasto »
  • Acheter des produits locaux, artisanaux et frais dans les petits villages de Belmonte Mezzagno et Piana degli Albanesi, notamment de l’huile d’olive, de la ricotta et des cannolis
  • Goûter les fameuses figues de Barbarie
  • Visiter Cefalù, LA station balnéaire de charme et de réputation internationale à 70km de Palerme
  • Faire un tour à Mondello hors saison, le bord de mer de Palerme pour se balader et manger des bonnes glaces
  • Allez se baigner sur les « scogli » (rochers) à Sferracavallo ou à l’Addaura, la mer y est plus belle qu’à Mondello

Petit zoom sur la gastronomie sicilienne, qui vaut bien un paragraphe à part entière selon Juliette:

On n’y va pas pour manger light, qu’on se le dise, et la street food siciliene est une incontournable du voyage. 

Le « pane con la milza » est un sandwich à base de poumon de veau et de rate et très souvent de fromage et de citron. Ce street-food typiquement palermitain remonterait au Moyen Age. Cela peut paraître peu ragoûtant dit comme ça, mais on dit bien qu’il ne faut pas mourir idiot !
« Il panino con panelle e crocchè ». Un petit régal ! Ce sandwich à base de beignets, souvent de forme carrés ou rectangulaires, sont constitués de farine de pois chiches et s’assaisonnent avec du citron. Pour rendre ce panino encore meilleur (et un poil plus gras), on rajoute les fameuses « crocchè » siciliennes. Des fritures pannées à base de pommes de terre et d’œufs.
Le « cannolo con la ricotta ». Ce dessert appelé « petit tube » est typiquement sicilien. Petit rouleau de pâte croustillante, il est parfumé au marsala et farci de ricotta sucrée au choix nature, chocolat ou pistache, mon préféré.
Évidemment les incontournables arancine, présentés sous forme de boulette de riz, panées et frites, sont farcies de divers ingrédients dont le plus connu reste au « ragù », composé de viande bovine cuite à l’étouffée, de sauce tomate et de petits pois.

Ces spécialités se trouvent très facilement dans la rue, mais sont surtout à déguster dans les atypiques marchés palermitains tels que la Vucciria, le mercato del Borgo Vecchio, ou encore au mercato del Capo.


QUAND PARTIR 
Si vous voulez profiter de la mer, je vous conseille toute la période printanière-estivale. Dès mi-avril et jusqu’à fin octobre, la baignade est envisageable. Si vous fuyez la foule, évitez juillet et surtout août.

TEMPERATURES
En plein été les températures montent facilement au-delà de 30 degrés dans la journée, et il fait chaud et sec. Ça se rafraichît souvent le soir, surtout en bord de mer dans la région de Palerme. Les hivers sont plutôt doux et humides.

ON Y VA COMMENT
En avion avec Transavia : 2h35 sans escale.

ON RESTE COMBIEN DE TEMPS
Pour Palerme et les environs uniquement, on compte 4-5 jours en fonction de ce que l’on souhaite faire. Pour un tour complet de la Sicile, on comptera une quinzaine de jours. Si on rajoute les îles, une vingtaine de jours.

LES INDISPENSABLES A METTRE DANS MA VALISE
Le ou les maillot(s) de bain, crème solaire, lunettes de soleil, une petite potion magique pour aider à digérer (ne sait-on jamais ça peut être utile), un permis de conduire si vous comptez bouger dans les environs c’est souvent plus pratique que les bus ou les trains.

L'ANECTODE A CONNAITRE 
Quand on est Palermitain, non seulement on est Sicilien et non pas « Italien » mais on n’est pas non plus « Catanais ». Les Siciliens ont beau venir de la même île, on note quelques tensions, bon enfant, entre les régions.

LE POINT HISTOIRE 
Palerme a été fondée aux alentours du VIIIe siècle av J.C. et s’étend le long de la « Conca d’oro » (coquille d’or), une plaine autrefois réputée pour ses plantations d’agrumes, et traversée par le fleuve l’Oreto. Position clé au cœur de la Méditerranée, la Sicile a été traversée par de nombreuses influences. Des Grecs aux Arabes, et des Normands aux Espagnols, tous ont laissé leur empreinte sur cette île riche et mouvementée, où les turbulences de la Mafia se greffent à une nature indocile. Lors de la Sicile arabe, Palerme devient la capitale en 831, conquise par les Berbères et les Perses. Elle devient alors le symbole de la civilisation arabo-sicule.

ON MANGE QUOI 
On mange beaucoup voire même beaucoup trop ! Ici, on ne s’arrête pas aux pizzas et aux pâtes. On savoure de nombreuses autres spécialités telles que la caponata (sorte de ratatouille à base d’aubergines, d’olives et de câpres), les pâtes aux oursins, la cuisine de rue avec les fameux arancini, panino con panelle e crocchè et bien d’autres gourmandises.

ON BOIT QUOI 
On ne se lasse pas de l’amaretto sour (amaretto di Saronno, alcool à base d’amande, citron et glaçons). Évidemment, le vin sicilien est délicieux, gorgé de soleil. Le limoncello et le marsala sont également très appréciables en digestif. 

COMBIEN CA COUTE 
La vie n’est pas très chère. Les restaus non plus si on évite les endroits trop touristiques. Et si on mange dans la rue c’est moins de 5€. Boire des coups ? Les cocktails tournent souvent autour de 5€.

LE POINT HEBERGEMENT 
On peut trouver des auberges de jeunesse à partir de 20€. Les Airbnb sont aussi une bonne alternative, surtout si vous êtes plusieurs.

LE POINT TRANSPORT
Les bus se prennent à la gare centrale de Palerme et sont assez utiles. Sinon le train, certes un peu vieux, vous emmène aux alentours de Palerme dont Cefalù.  Le mieux reste quand même de louer une voiture.

LA PLAYLIST
De la musique italienne à foison. Plein de tubes d’été de là-bas dont vous ne pourrez plus vous passer. Du Fedez, du Baby K, du Boomdanash, du Mannarino ou encore du fameux Tiziano Ferro pour un peu plus de calme.

LE SOUVENIR QUI FAIT PLAISIR 
Une bouteille d’huile d’olive et un pot de crème de pistache. Et pourquoi pas une petite trinacria (le symbole de la Sicile, une tête à trois jambes) en céramique, que vous verrez partout.

L’ASTUCE EN PLUS 
Avoir du liquide sur soi. Les Siciliens ne prennent pas encore la carte partout. Et l'eau n'est pas toujours potable.



Jour 1
 : Visite de la ville de Palerme. Vous serez sans doute un peu surpris par l’agitation qui n’est pas des moindres. Entre embouteillages, klaxons, stands de rues, les enfants jouant au pied des palais décatis, les italiens qui parlent fort... C’est une ville qu’on qualifie de vivante ! Mais le charme de la capitale sicilienne prendra le dessus sur le reste. Son centre historique est magnifique, et entre l’époque normande et l’époque baroque, vous ne manquerez pas de lieux à visiter. 

Commencez par une petite promenade via Roma, et faites un tour au musée de la maiolica stanze al genio. Ce musée privé se compose principalement de faïences et de cloches siciliennes utilisées comme sols et murs entre le XV et le XXe siècle. Avec près de 5000 expositions, il s’agit de l’une des plus grandes collections ouvertes au public en Europe. En bref, un musée intéressant et différent ! Continuez votre chemin avec quelques stops dans les églises du coin. Notamment l’église de la Martorana, l’église de la Santa Trinità, ou l’église de Sainte-Marie de la Spasm avant de vous diriger vers les quattro canti, une place baroque très connue. Profitez d’être dans ce coin pour déjeuner au marché de la Vucciria, où le street art rayonne. Un petit tour par La piazza Pretoria pour digérer avant de repartir vers le Teatro Massimo. Prenez l’aperitivo au Vespa ou au Siciliano dans la zone Champagneria et pensez à réserver !

Jour 2 : On continue la visite de la ville avec les catacombes le matin, un paradis peuplé de démons pour les amateurs de frissons. Plus de 8000 cadavres momifiés sont suspendus au mur, mais le plus terrifiant reste le cadavre de Rosalia Lombardo, décédée à l’âge de deux ans en 1920. La dépouille de « la Belle au bois dormant », comme l’appellent les italiens, est terriblement bien conservée dans la chapelle des enfants. L’après-midi, montez sur les hauteurs du monte Pellegrino, où se trouve le sanctuaire de Santa Rosalia (la sainte patronne de la ville) et le château Utveggio. Le château a été construit dans un but militaire, puis affecté en hôtel mais pauvre de son succès, se sont maintenant des bureaux. Profitez-en pour diner à la Villa Costanza tout là-haut, pour une excellente pizza.
Le soir, rendez-vous au Nautoscopio en été, pour une soirée cool & stylée. Non loin du port, l’ambiance y est très agréable et le plus est de siroter son cocktail les pieds dans le sable sur des palettes en bois qui font tout le charme de ce local.

Jour 3 : Petite pause visite pour profiter de la plage avec une escapade à Cefalù, l’inévitable station balnéaire de la côte Tyrrhénienne à 70 km de Palerme. 
Pour rejoindre Cefalù en voiture comptez une heure, et dans les 40min en train de la gare centrale de Palerme pour 9€.
Profitez d’une belle journée de soleil pour vous balader dans les rues de cette charmante petite ville de pêcheurs. Touristique certes, mais si plaisante et adorable. La piazza del Duomo est l’élément architectural phare de la ville, bordée de superbes palais. Flânez le long du Corso Ruggero, l’artère principale de Cefalù, très commerçante qui sépare la ville en quartier Est et quartier Ouest. Profitez-en pour manger une glace ou une pâtisserie à L’Angolo delle Dolcezze. Le soir dinez à Tivitti, un restaurant reconnu pour ses excellentes pizzas et hamburger ou à la Locanda del Marinaio, un fameux restaurant de poissons. Si prendre la route de nuit ne vous ennuie pas, prenez un verre au Fri ou au Sea Palace, un hôtel 4 étoiles le long du bord de mer où les cocktails et le cadre ne vous laisseront pas indifférents . 
Le soir allez vous déhancher au Maljk, l’indémodable boîte de nuit de Cefalù sur la mer. La journée, ils font aussi solarium, et sont dotés d’une piscine et d’un bain à remous plutôt sympas. Sinon, le top du top reste la boîte de nuit de l’hôtel 4 étoiles les Calette. Cette discothèque sicilienne jonchée entre la falaise et la mer est un vrai petit paradis où je vous conseille vivement de réserver avant.

Jour 4 : Une autre journée à la plage ne fait jamais de mal. Profitez de la matinée au solarium du Maljk avant de faire un tour à la Fondazione culturale Mandralisca pour admirer l'étonnant portrait de Antonello Da Messina, un fameux peintre italien de la Renaissance. En sortant, allez manger une frozen crêpe au Yogo à côté du Dôme. Un dernier petit tour dans la vieille ville de Cefalu et ses hauteurs avant de repartir pour Palerme.

Jour 5 : Débutez votre journée par une petite balade au port de Palerme le matin et relaxez-vous pour une pause déjeuner au bord de l’eau. Remontez vers le Teatro Politeama avant d’entamer LA visite au Palais des Normands qui s’impose ! Comptez dans les 2heures pour la visite du Palais, aujourd’hui siège du Parlement Sicilien et sa sublime chapelle palatine. Dirigez-vous ensuite vers l’église Saint Jean des Ermites, à quelques minutes du Palais avant de visiter la cathédrale de Palerme.

Jour 6 :  Journée exploration des environs et immersion dans la vie sicilienne. Evadez-vous dans les petits villages des hauteurs de Palerme, à Belmonte Mezzagno et Piana degli Albanesi pour l’achat de produits locaux et artisanaux. L’huile d’olive et la ricotta à Belmonte et les cannolis à Piana. A Belmonte Mezzagno profitez-en pour visiter leur belle église Chiesa Santissimo Crocifisso, en plein milieu de la place principale. Et préparez votre appareil photo lors de la montée vers ces villages de campagne, la vue sur Palerme est époustouflante !
Piana degli Albanesi, communauté historique albanaise la plus importante de Sicile, vous apprécierez faire une petite rando à la réserve naturelle de Serre Pizzuta, où la richesse de la faune et la flore vous charmeront. Vous verrez de magnifiques orchidées, des belettes, des renards, de sublimes oiseaux colorés... Le must est d’admirer le coucher du soleil au grand lac de Piana degli Albanesi.
En été toujours, faites un tour à Baia del Corallo à sferracavallo, solarium la journée, ils organisent également des soirées très sympas les week end.

Jour 7 : Journée plage à San Vito lo Capo à environ 2h de Palerme au Nord-ouest, accessible en voiture ou en bus. Magnifique petite ville balnéaire dans une baie abritée, on se croirait presque aux Caraïbes ! Les influences arabo-normande se ressentent dans le centre-ville, mais aussi dans la petite chapelle de Santa Crescenzia et dans la tour circulaire Torrazzo, qui valent le coup d’être visitées après une journée bronzette ! Rentrez diner à Palerme le soir et profitez de votre dernière soirée.

Si vous avez la chance de rester plus longtemps, les îles Eoliennes sont à voir, ainsi que l’île de Favignana, mais aussi les ruines de la ville d’Agrigente, et toute la côte Est avec Taormine, Syracuse et la presqu’île d’OrtigiaNoto et bien d’autres spots incroyables.
La Sicile, on ne s’en lasse pas !