Un week end à Agadir sous le soleil marocain

2-3 Jours

On entend souvent dire « Agadir rien à dire » ! Mais si, mais si... il y a à dire et à faire ! Cette ville est bien trop souvent sous-estimée. Il est vraiment intéressant de la découvrir, de se laisser surprendre par la culture marocaine, de flâner dans les rues de la plus grande station balnéaire du Maroc, et de profiter d'un climat exceptionnellement doux tout au long de l'année. Suite au séisme de 1960, la ville a entièrement été reconstruite mais elle n'en est pas moins intéressante ! Partez avec moi à la découverte de cette ville au charme mystérieux, entre bâtiments et grands espaces.

Pour découvrir Agadir de fond en comble, on n’oublie pas de :

  • Aller courir le matin sur la belle plage d’Agadir, le long de la baie, quand l'air est frais et le soleil doux.
  • Prendre son petit déjeuner sur la terrasse du Jour et nuit, un des grands cafés du front de mer qui vaut le détour.
  • Remonter l’avenue Hassan II et jouer les touristes dans un petit train, pour se détendre les mollets tout en apprenant l'histoire de la ville
  • Se laisser tenter par les beignets au sucre des vendeurs ambulants, une merveille !
  • Manger des fritures vers le port (soles, sardines, gambas, homards, crevettes et calamars). Ne vous arrêtez pas aux baraques de premier rang qui sont chères et peu authentiques, mais tout au fond à gauche à côté de la criée. On y mange bien, bon, et à prix d’ami.
  • Grimper en haut de la Casbah d'Agadir, où se trouvait le vieil Agadir rasé par un tremblement de terre. C'est un site majestueux à l'histoire passionnante et on s'y sent tout petit.
  • Découvrir les immanquables puces ! Pour cela, prenenz un taxi jusqu’au souk El Had puis montez l'avenue. Le top pour trouver des produits locaux pour trois fois rien !
  • En profiter pour manger une délicieuse assiette de calamars frits à El Had porte 7 stand 14-15. D’une fraîcheur incontestable, ces calamars panés sont un vrai régal.
  • Parcourir les allées du souk El Had. On y vend de tout : des tomates aux sarouels, de l’huile d’argan aux pipes à haschich, de l’artisanat, de la musique... C’est une vraie ambiance à ne surtout pas manquer. Si vous voulez y aller en taxi depuis le centre, comptez 10 dh.
  • Se reposer au jardin portugais Olhao et en profiter pour visiter le petit musée consacré au tremblement de terre de 1960.
  • Garder l’œil ouvert : le street art vous attend avec des peintures murales de tout style partout dans la ville. Parfait pour une petite photo souvenir.
  • Visiter le musée des Arts Amazighs. Les collections sont sublimes et l’espace est très agréable.
  • Aller écouter la chorale gospel à l’église catholique le dimanche matin.


QUAND PARTIR ?
Au printemps, de mi-mars à juin, ou en automne. Il fait doux en hiver, mais la baignade est moins fun ! Pour un séjour plage et farniente, on part en juillet ou août, indéniablement, mais attention à la chaleur.


TEMPÉRATURES 

Elles sont clémentes en général, car le vent et la mer tempèrent les grosses chaleurs de l’intérieur.


ON Y VA COMMENT ?

En avion avec Transavia depuis Paris et d'autres villes de France.

ON RESTE COMBIEN DE TEMPS ?
Un week-end suffit à découvrir la ville.


LES INDISPENSABLES À METTRE DANS MA VALISE
Un maillot de bain et une crème solaire, des sandales et un chapeau. Pas de problème pour le bikini sur la plage, mais c’est bien d’avoir quelque chose de léger à enfiler à portée de main pour remonter sur la promenade. Si on fait le voyage en hiver, on n'oublie pas d'emporter un coupe-vent.


L'ANECDOTE À CONNAÎTRE
Il suffit de flâner dans les rues pour découvrir le charme du Maroc, pour faire des rencontres improbables qui vont marquer le voyage, pour tomber sur tous les secrets informels du Maroc, comme les pipes à haschisch du souk notamment.


LE POINT HISTOIRE
La ville est marquée par la destruction de la totalité de la medina lors du tremblement de terre de 1960. Une partie de la ville occidentale a également été rasée. On a compté 15 000 morts sur 40 000 habitants... De nombreux monuments historiques ont été détruits. C'est la raison pour laquelle Agadir est autant reconstruite maintenant et qu'elle peut repousser à première vue. Gardez l'œil ouvert, les traces des milliers de siècles d'histoire peuvent encore être visibles !


ON MANGE QUOI ?
De la nourriture traditionnelle marocaine bien sûr. Beaucoup de poisson, surtout dans les petits restaurants qui jouxtent le port, et un petit-déjeuner marocain, véritable délice avec des crêpes et du jus d’orange frais.


COMBIEN ÇA COÛTE
La vie n’est pas très chère. On se loge pour une quinzaine d'euros, et on mange très bien pour 6 à 9€. 


LE POINT HÉBERGEMENT
On privilégie les hôtels ou appart-hôtels, ils sont très nombreux. À partir de 100-150 dh la double (soit 10-15€), et dans les 40€ pour un très bon confort.


LE POINT TRANSPORT

On se déplace très facilement en petits taxis, pour moins d’un euro par course. De couleur orange, il suffit de les héler dans la rue ! Les chauffeurs sont en général très sympa, et la plupart sont francophones.


LA PLAYLIST 

On se crée une petite playlist pleine de musique arabe et arabo-andalouse pour une immersion totale.


LE SOUVENIR QUI FAIT PLAISIR  

Errer dans les rues et tomber sur une petite boutique qui vend de l’artisanat marocain absolument dingue. Et se ramener un joli souvenir !


L'ASTUCE EN PLUS

Si vous êtes fatigués, vous pouvez vous faire masser les pieds ou les mollets pour trois fois rien dans les boutiques à cosmétiques situées dans la rue qui longe la vallée des oiseaux. C'est ultra sympa et ça détend !




Jour 1 : 
On commence la journée par une belle promenade, ou un jogging pour les plus courageux, sur la grande plage le long de la jetée d'Agadir. On file ensuite déjeuner sur le port et la marina avant de continuer la journée en montant sur la colline de la vieille Casbah, le site le plus majestueux de la ville. Il s'agit d'une forteresse surplombant la ville ainsi que la plage et culminant à une hauteur de 236 mètres où se trouvait le vieil Agadir, composé de petites ruelles, qui fut rasé par un tremblement de terre en 1960. Après le désastreux tremblement de terre, les fortifications furent reconstruites sur leurs anciennes marques et seule la porte d'entrée fut conservée à l'authentique. C'est le spot idéal pour admirer la ville sous tous ses angles, avec une préférence pour le coucher du soleil, mais honnêtement c'est une visite très rapide. On finit la journée par un tour au marché aux puces pour dépenser en petites bêtises. Le soir, on va dîner dans le quartier Talborjt.

Jour 2 : À 20 minutes d'Agadir en taxi, on commence la journée par une visite de la medina coco polizzi (40 dh l'entrée soit environ 9€50 avec une "boisson" offerte) qui dure environ 1h30. Cette curieuse médina au métissage du Maghreb et hacienda mexicaine est située à l'écart d'Agadir, dans un coin désert. Je vous conseille donc de négocier le retour avec votre chauffeur dès l'aller pour ne pas galérer pour rentrer. L'après-midi, on en profite pour faire une balade à cheval ou en dromadaire sur la plage d'Agadir. Le soir, dînez en bord de mer au "Jour et nuit" par exemple. 

Jour 3 : On débute la journée par un tour au musée du patrimoine amazigh, dédié au patrimoine berbère de la région du Souss-Massa-Draa. Ce musée présente les traditions ainsi que le quotidien des Amazighs. On continue ensuite par le jardin portugais Olhao avec le petit musée du tremblement de terre. Partez déjeuner au marché El Had porte 7 et passez le reste de votre journée au souk El Hadvous aurez de quoi faire.