La Côte, un projet photo argentique qui met en valeur la Côte d'Azur et les locaux

En images

Antoine Bensa, photographe passionné d’argentique depuis toujours, a monté un projet original en juin 2017. Il s’agit de mettre en lumière des lieux méconnus de la Côte d’Azur que des individus lui font découvrir, tout en se faisant prendre en photo par Antoine. Le nom de ce projet, c’est La Côte. 


Pianiste et musicien, Antoine a fait une école d’audiovisuel, mais suite à une baisse d'audition, il a été dans l’obligation de changer de voie. Il est donc passé de la composition à la photo, et après quelques mariages, il a décidé de monter un nouveau projet qui suivrait une trame lui permettant de faire la même chose au quotidien tout en découvrant de nouveaux angles.  


©Antoine Bensa


Après des débuts dans un magasin de photo, Antoine s’est vu offrir un appareil photo argentique qu’il n’avait alors utilisé qu’une fois dans sa vie. Grand fan d’Henrik Purienne et Akila Berjaoui, deux grands artistes photo spécialisés dans l’argentique, Antoine a décidé de se lancer dans un premier projet, nommé Le Réveil. Un projet qu’il a mené à bien durant trois-quatre ans, sur les habitudes matinales des individus et principalement des femmes, pendant une petite heure au saut du lit, sous un format photo noir et blanc.


©Antoine Bensa


Mais une envie de soleil l’a fait changer d’avis. Souhaitant rester dans cette lignée de projet à la rencontre des gens, et après quelques essais avec une amie à l’aide du fameux appareil photo argentique qu’on lui avait donné, Antoine s’est lancé dans une série photo des plages de la Côte d’Azur. L’unique projet en argentique de son site, le reste étant en numérique. C’est la vie par exemple est un assemblage de photos « en bordel », un genre de moodboard stylisé avec des photos qui ne sont pas en lien avec un projet en particulier.


©Antoine Bensa

Après une troisième saison et 42 séries photos depuis juin 2017, ce photographe apprécie capturer des moments de la vie au naturel dans des ambiances estivales. Toutes les séries sont axées sur la spontanéité et la magie du moment et portent le nom de la personne qui a fait la série, principalement des femmes. Aucune perfection, aucune pose, de simples clichés vrais et naturels.


©Antoine Bensa

Il prend note de la personnalité de la jeune femme, s’imprègne du projet et de l’ambiance qui se dégage autour d’elle, mais aussi du lieu unique qu’il capture. Les locaux l’inspirent et lui font découvrir des coins ensoleillés de bord de mer éloignés des lieux touristiques. Des lieux que le photographe souhaite mettre en avant sous forme de photos argentiques. Il m’explique que ce projet représente avant tout des belles rencontres, et Antoine photographie aussi bien des groupes d’amis que des couples ou des solos. Sur la série photo publiée sur son site, on retrouve ensuite un petit texte écrit par Antoine, sur son ressenti du lieu et ses avis sur la rencontre, mais également un texte rédigé par le ou la mannequin qui s’exprime sur sa raison de vouloir faire découvrir un tel lieu.


©Antoine Bensa


Certains de ses clichés sont ensuite exposés et vendus, et chaque exposition concerne toujours les shoots de l’année précédente. La photo argentique représente en effet une dépense conséquente, et Antoine ne souhaitant pas rendre ses "shooting-rencontres" payants, doit bien trouver une manière de rentabiliser.


©Antoine Bensa

Il m’explique que les séries se font de plus en plus tôt dans la saison, et qu’il souhaite justement appuyer sur ce point en montrant que le réchauffement climatique joue également sur les photos. En 2017, il commençait ses séries estivales en juillet, en 2018 c’était en avril et en 2019, il en est déjà à 10 séries depuis le 5 mars...

 
©Antoine Bensa


Mais la côte d’Azur c’est sa région, et bien qu’il ait passé quelques années à Paris pour ses études, le soleil et la mer l’ont rappelé à l’ordre. C’est aujourd’hui un vrai point de repère pour lui et la plupart de ses séries photos se font autour de Nice et Menton, allant même jusqu’à Saint-Tropez. Antoine souhaite continuer à découvrir de nouveaux lieux et serait même prêt à aller jusqu’à Marseille ou Martigues…

Plus d'infos