The last Frontier, à la découverte du Canada et de l'Alaska

En images

Pour notre road trip de 32 000 km à travers l'Amérique du Nord, le voyage a commencé à l’est du Canada. Nous avons acheté à un Québécois une voiture dans laquelle il était possible de dormir, que nous avons appelée "Corb".


Avec cette voiture, nous avons parcouru 32 000 km à travers 31 États américains pour rejoindre le Canada, et l’étape ultime, l’Alaska ! Ce dernier est aussi appelé the last Frontier, 49e État américain, le plus éloigné de tous.



La plupart du temps, il faut ruser pour dormir sur des parkings de Walmart, avant de quitter définitivement les grandes villes pour se retrouver seul face à la nature.



Ici, nous sommes à Vancouver Island dans l’ouest du Canada, un lieu très fréquenté par les touristes américains et canadiens. On rejoint cette île en moins de 3 heures de bateau depuis Vancouver.



Nous dormons dans des aires de repos près des stations-service. Avec beaucoup de chance, on peut également s’y doucher.



Nouveau départ pour les parcs nationaux canadiens situés à une dizaine d’heures de route de Vancouver Island !



Nous passons plus de 10 jours dans les parcs nationaux canadiens. Le plus souvent, nous trouvons des spots isolés près d’une rivière glacée, parfaits pour se doucher à l’abri des regards.



Nous passons le plus clair de notre temps à oublier les heures qui passent, notre quotidien consiste à lire Jack Kerouack, à manger des grillades de bacon et à vivre en pleine nature coupés de la civilisation.







Les jours suivants cet aparté, nous visitons les parcs nationaux de Banff, Jasper National Park, Yoho et la route des glaciers, croisant par moment des animaux sauvages.





Ici le Emerald Lake, bien moins touristique que le Lake Louise et tout aussi somptueux.





Peyto Lake 







Départ du Canada, on emprunte la fameuse Alaska Highway, une route sauvage encore préservée de l’homme. Il n’est pas rare d'y croiser des porcs-épics, des élans ou des ours. C’est sur cette route, au milieu de nulle part, que nous dormons.













Après 4 journées à conduire plus de 10 heures par jour, nous arrivons enfin en Alaska ! À cette période de l’année, le soleil ne se couche pas avant minuit, pour se lever vers 3 heures du matin. Cette route reste la plus belle mais aussi la plus mystérieuse que nous ayons vue. Nous croisons plus de 15 ours. C'est un bonheur de les voir partir au loin dans cette forêt dense et luxuriante.







Notre première grosse étape en Alaska est le National park de Denali, celui-là même où Christopher McCandless, dont le personnage a inspiré le film Into the Wild, a été retrouvé mort dans son bus. Cet esprit de liberté qu’il incarne, loin d’un monde basé sur le consumérisme, est pour nous tout un symbole.



Denali national park.





Nous rejoignons ensuite le parc national de Kenai Fjords. Après plusieurs heures de montée, nous arrivons enfin au sommet. La météo ne nous épargne pas et malgré l’effort, le froid nous paralyse.





Vue du drone.



Ici le port de Seward.

 

Sur la route.





Nous prenons la direction du Mendenhall Glacier, à la recherche des Ice Cave. Sans guide, nous décidons de suivre le balisage d’anciens randonneurs. Le trek est difficile et parfois dangereux, mais le résultat vaut la peine.



Ice cave.



On retrouve la civilisation en rejoignant la ville de Juneau, qui, bien que développée, laisse encore apparaître les étendues sauvages de l'Alaska. Dans le long corridor qu’empruntent les bateaux, il n’est pas rare de croiser des orques et des baleines à bosse.





Ici, le Tongass national Park.



À Juneau, nous décidons de profiter des derniers instants en achetant du saumon frais directement aux pêcheurs du coin.

 

En repartant pour le Canada, la nature nous offre ses dernières lettres de noblesse.






Pour continuer à suivre le travail de Nicolas, rendez-vous sur son site internet, Facebook, Instagram et Flickr.