Pour lutter contre le tourisme de masse, Venise va devenir payant

undefined 7 septembre 2023 undefined 20h43

Agathe S

L’ombre de cette nouvelle mesure planait sur la ville depuis des mois, c’est désormais officiel. Les jours de grande affluence — environ 30 par an —, l’entrée dans la ville deviendra payante pour les voyageurs n’y passant pas la nuit, et ce dès 2024. La municipalité de Venise a confirmé cette nouvelle mardi 5 septembre dernier.


Des amendes allant de 30 à 500€ pour les contrevenants

La mesure est inédite. Les jours où l’affluence sera la plus élevée, les voyageurs en vacances à Venise devront obligatoirement s’inscrire en ligne afin de pouvoir visiter la ville. Plus précisément, les voyageurs passant la nuit dans un hôtel de la municipalité de Venise n’auront qu’à penser à s'inscrire, puisqu'ils ne paieront rien, tandis que ceux ne séjournant pas sur place seront dans l’obligation de s’acquitter d’une taxe de 5€. Les contrevenants à ces nouvelles mesures, c'est-à-dire ceux n’étant pas en mesure de présenter le QR code justificatif en cas de contrôle, s’exposent à une amende allant de 50 à 300€.

À ce jour, le calendrier des jours concernés par cette mesure n’a pas encore été défini, mais cela ne saurait tarder selon Luigi Brugnaro, maire de la Ville. Malgré ces restrictions, la municipalité vénitienne a tout de même confirmé qu’il n’y aurait pour le moment pas de quota de visiteurs quotidiens.

La mesure ne s’appliquera qu’aux touristes, et en seront exemptés les enfants de moins de 14 ans, les résidents de la municipalité de Venise, les travailleurs (salariés ou indépendants), y compris les navetteurs ainsi que les étudiants de tous niveaux d'écoles et d'universités situées dans le centre historique ou sur les petites îles de Venise.


Venise et sa lagune, bientôt sur la liste du patrimoine mondial en péril ?

Si autant de mesures sont prises pour préserver Venise, c’est parce que la ville est menacée depuis des années à la fois par le tourisme de masse, et par le dérèglement climatique. Dans un document publié sur son site internet le 31 juillet, l’Unesco a même annoncé vouloir l’inscrire, ainsi que sa lagune, sur la liste du patrimoine mondial en péril. Cela serait notamment un moyen de pousser la municipalité de Venise à prendre des mesures plus importantes pour préserver ce bijou d’architecture aussi longtemps que possible.