Amsterdam : la vente de cannabis bientôt interdite aux touristes ?

Un coffee shop aux allures de boîte de nuit dans le Quartier Rouge.

Le tourisme vert pourrait bien appartenir à l'histoire d'Amsterdam d'ici peu : la maire de la ville, Femke Halsema, entame une croisade contre les coffee shops où l'on peut consommer du cannabis et contre le tourisme de masse dans la capitale néerlandaise. 

Si Amsterdam fait figure d'eldorado européen concernant la consommation de cannabis, les lieux de consommation et de vente sont tolérés mais la production est, quant à elle, formellement interdite. Ce paradoxe n'empêche en rien les 17 millions de touristes d'affluer chaque année dans une ville qui contient "seulement" un million d'habitants. Femke Halsema, maire d'Amsterdam depuis 2018 et ancienne cheffe du parti écologiste, a commandé une étude pour connaître l'impact d'une interdiction de vente de cannabis aux touristes, et souhaite d'ores et déjà réduire leur nombre.


Une étude pour connaître l'impact de l'interdiction de la vente de cannabis aux touristes 

Ainsi, plus d'un touriste sur trois admet qu'il viendrait moins souvent à Amsterdam si la maire interdisait les coffee shops. Un sur dix dit même clairement qu'il ne viendrait plus et parmi eux, les plus mécontents seraient les Britanniques : 42 % disent prendre leurs distances avec la ville. Pas étonnant lorsqu'ils invoquent à 33 % la visite des coffee shops comme premier prétexte pour venir à Amsterdam. Par contre, quatre personnes sur dix ont assuré qu'ils ne consommeraient plus si le cannabis était interdit. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Axelle Unal (@axelleunal) le

Autre mesure pour lutter contre le tourisme de masse et l'objectisation des travailleurs.euses du sexe : la ville interdit à partir du 1er avril prochain les visites guidées dans le quartier rouge. Depuis des années, Amsterdam est le théâtre des excès en tous genres et son centre-ville est particulièrement touché par les incivilités. Et on ne pourra pas dire que la France n'y est pour rien. 

Fin des articles