Les Pays-Bas prennent des mesures pour sélectionner les bons touristes

© KavalenkavaVolha

Trop c’est trop ! Fini les touristes espagnols, italiens et japonais, les Pays-Bas ne souhaitent que des touristes « triés sur le volet » pour désengorger un peu le tourisme de masse. Incroyables mais vrai, les français restent chouchoutés !

Selon Lonely Planet, les Pays-Bas font partie du Top 10 des meilleures destinations au monde où voyager. Une destination aussi agréable à vivre qu’à visiter. Gastronomie, culture, paysages, toutes les conditions sont rassemblées pour séduire les touristes qui s’apprêtent à franchir les 20 millions cette année… et ce nombre pourrait dépasser les 29 millions dans dix ans. Un chiffre assez affolant pour un pays de 17 millions d’habitants… ! Et on comprend que face à l’afflux de visiteurs étrangers, le pays tente de canaliser la venue des touristes sur son territoire. Amsterdam fait déjà la chasse aux locations Airbnb et au tourisme de masse, et le Bureau chargé du Tourisme et des Congrès (NBTC) vient d’annoncer la fermeture de ses bureaux en Italie, en Espagne et au Japon pour ne plus attirer de nouveaux visiteurs originaires de ces pays.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Amsterdam | Travel community (@amsterdamworld) le

Les Pays-Bas souhaitent privilégier la venue des visiteurs y ayant déjà séjourné, dans le but d’attirer ces touristes vers d’autres villes néerlandaises, en quête de découvertes. Ainsi, ils espèrent désengorger le tourisme de masse de la capitale. Depuis l’année dernière, la municipalité d’Amsterdam a mis en place une politique volontariste pour rendre la vie du touriste plus compliquée. Les moyens de transport destinés uniquement aux visiteurs vont se raréfier, les taxis circulant sur les canaux n’auront plus le droit d’y circuler et les calèches attelées ou encore les Segways, ne pourront plus être loués. Les bâteaux mouches, quant à eux, accosteront hors du centre-ville, les péniches aménagées en hôtel seront amenées à disparaître et les paquebots de croisière ne seront plus les bienvenus dans la capitale. Les Français, Allemands, Américains, Anglais et Belges, restent prioritaires et la promotion du NBTC sera plus dynamique dans ces pays pour attirer des touristes « triés sur le volet ». Les autres spiécialités des Pays-Bas comme les tulipes, sabots ou fromages seront mis en avant dans des villes historiques comme Maastricht, Groningue ou Arnhem, qui restent des « must » à visiter.

Pour une ville écologique comme Amsterdam, on comprend que des mesures radicales soient prises pour tenter de réduire le tourisme de masse polluant la capitale.

 

Fin des articles