Ce que les confinés du monde entier ont à nous raconter

Unsplash / Dino Reichmuth

À ce jour, plus d'un milliard de personnes sont – à priori – confinées pour lutter contre la propagation du Covid-19. Cette expérience d'isolation collective, qui a démarré en Chine en décembre dernier, a provoqué des élans de solidarité partout dans le monde et a, paradoxalement, rapproché les gens. Le Bonbon a posé quelques questions à des personnes vivant à l'étranger pour en savoir plus sur leurs habitudes en période de confinement.

Ils sont en confinement depuis plusieurs semaines ou plusieurs jours. Alors que fleurissent sur tout l'Internet vidéos de coaching sport et fitness, tutoriaux en tous genres, ces confinés habitant Séoul, Amsterdam, Budapest ou Barcelone font retomber l'injonction à la productivité à laquelle nous sommes soumis.es et partagent leur quotidien. 


Daniel, 33 ans, vivant à Barcelone

Depuis quand es-tu confiné ? 

Nous sommes confinés depuis le 21 mars. En ce moment, en Espagne, il est interdit de sortir sauf exceptions (aller au supermarché, à la pharmacie ou à l’hôpital). Il n’est pas autorisé d’aller au travail ou de faire les courses accompagné, une personne seulement par voiture. Tous les commerces restent fermés à l’exception des services de livraison et de ceux que j’ai déjà mentionnés : supermarchés et pharmacies.

À quoi ressemblent tes journées ?

J’ai mis longtemps à rentrer à Barcelone car j’étais parti dans le sud rendre visite à la famille et la compagnie aérienne m’a annulé trois vols. Quand j’étais là-bas, c’était difficile de me concentrer sur quoi que ce soit parce que je vivais dans une maison vide avec une faible connexion internet et un vieil ordinateur pour travailler, donc je voyais les choses du mauvais côté. Finalement je suis rentré et ça va mieux maintenant. J’essaie de me lever tôt en semaine, de m’habiller et de prendre un petit-déjeuner correct pour bosser de la maison efficacement. J’essaie aussi de bouger dans mon appartement au cours de la journée dans les coins ensoleillés et de faire des choses qui me maintiennent occupé.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Pere (@carlets58) le

Quels conseils tu donnerais à un confiné débutant ?

Essayer de trouver des choses à faire et de garder de bonnes routines : s’habiller le matin, garder la maison propre, bien manger et uniquement quand on en ressent le besoin, faire de l’exercice à la maison et essayer de passer du temps hors des écrans, de lire un livre, jouer d’un instrument de musique, écrire ou dessiner.

Qu'est-ce que tu fais pour ne pas t'ennuyer ou déprimer ?

Je recommande chaudement de rester en contact avec ses amis et sa famille. Appels vidéos ou jeux vidéos en ligne aident beaucoup !


Dong-Gyu Choi, vivant à Séoul 

Quelle est la situation dans ta ville à ce jour ? 

Actuellement, rien n’est contrôlé en Corée, il n’y a pas de limite internationale. Cependant, il n'y a rien d'autre à faire que de rester socialement éloignés les uns des autres ou d'acheter des masques le jour. Cependant, en raison de la nature organisée de l'armée, la sortie est contrôlée. Nous sommes confinés depuis plusieurs semaines.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Photowalk_Seoul (@customizing_seoul) le

Comment ça se passe, le confinement, chez vous ? Quels conseils donnerais-tu à un confiné débutant ? 

Il n'y a pas de différence dans la vie de tous les jours sauf que les gens se tiennent un peu à distance. Je pense que c'est parce qu'il n'y a pas de gros contrôle. La vie de confinement n'a jamais changé de manière significative. Cependant, tout le monde ne peut pas sortir de la maison, alors ils sont accros aux loisirs. Mon conseil est que si vous faites des travaux ménagers qui demandent beaucoup de temps, le temps passera peut-être plus vite ?


Athénaïs, vivant à Amsterdam

Quelle est la situation dans ton pays actuellement ?

Aux Pays-Bas (je ne peux parler que de Amsterdam car je vis dans cette ville) la situation est le confinement partiel. Les bars, restaurants et boites de nuit sont fermés et les événement de plus de 100 personnes sont annulés. Le gouvernement nous a demandé de rester au maximum chez nous et de faire du télétravail.

Les Amstellodamois respectent assez bien la règle (excepté pour les enfants qui jouent dans les parcs). Nous avons également reçu hier une alerte SMS pour nous rappeler de nous tenir à 1 m de distance.

Depuis quand tu es en confinement ?

Nous sommes en confinement partiel depuis dimanche 15 mars.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Gabriel - Amsterdam (@ilove.amsterdam) le

À quoi ressemblent tes journées ?

Je travaille beaucoup, du coup quand la fin de journée arrive, je bois un verre avec mes colocataires, je cuisine, j'apprends l'italien, je regarde une petite série ou un film et je vais dormir. Certains jours j'alterne avec la pratique du yoga.

Quels conseils tu donnerais à un confiné débutant ?

Si vous avez un partenaire ou des colocataires, ne restez pas dans la meme pièce. Avec mes colocataires nous restons dans notre chambre et la cuisine est le point de rendez-vous pour faire des pauses ou en fin de journée. Ne vous laissez pas trop aller, restez sur un rythme normal au niveau des horaires, habillez-vous, mangez à l'heure des repas. Trouvez-vous une activité (apprendre une nouvelle langue, commencer un nouveau livre, dessiner etc).

Qu'est-ce que tu fais pour ne pas t'ennuyer/déprimer?

Heureusement je vis avec mes colocataires qui sont aussi mes meilleures amies ! Je ne m'ennuie donc pas pour le moment. Je travaille beaucoup et le soir j'essaie de pratiquer l'italien. Durant le week-end, je fais du rangement, lis des livres, regarde des films et joue du ukulele. J'essaie le plus possible de trouver des activités qui me font plaisir, d'écouter des podcasts positifs et d'être proche d'une fenêtre. J'ai également la chance d'avoir un balcon, ce qui est agréable pour la lecture.


Marjorie, vivant à Catane, en Italie

Quelle est la situation dans ton pays actuellement ?

Alors nous sommes en confinement depuis deux semaines déjà. Au début on a commencé par fermer les écoles (début mars) puis deux semaines après la zone rouge a été annoncée dans notre ville et du jour au lendemain tout a fermé.

À quoi ressemblent tes journées ?

Mes journées sont un peu les mêmes, je travaille pour l’école, je fais des petits trucs artistiques et je mange beaucoup aussi !

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par BLACHE Emma (@amme_ehcalb) le

Qu'est-ce que tu fais pour ne pas t'ennuyer/déprimer?

J’ai rejoint une amie française dès le début de la quarantaine pour avoir une présence avec moi afin de ne pas sombrer dans la folie.

Quels conseils tu donnerais à un confiné débutant ?

À vrai dire je n’ai pas vraiment de conseils si ce n’est de penser à soi et de se poser les bonnes questions. 


Tiphaine, vivant à San Miniato en Italie

« Je suis une française vivant entre l’Italie et la France depuis 6 ans. Pour l’hiver j’avais élu domicile à San Miniato, une petite ville médiévale de Toscane où je suivais une formation de théâtre découlant sur une création de spectacle. La tournée s’est vue modifiée puis complètement annulée avec l’arrivée du virus. Nous avons joué la dernière le samedi 7 mars, en veillant à installer chaque personne du public à 1 mètre les uns des autres. On sentait déjà la situation de crise sanitaire à ce moment et on cherchait à continuer de partager notre spectacle tout en respectant les règles. Le lendemain on a appris que tous les rassemblements étaient annulés dans le pays et chaque jour nous a amené un peu plus vers le confinement total à la maison. Nous sommes en quarantaine depuis 15 jours maintenant.

La situation en Italie est très inquiétante, je regarde le "bollettino del corriere della sera" tous les matins et les chiffres augmentent et augmentent de manière impressionnante chaque jour. Dans mon village l’atmosphère est plutôt tranquille, c’est extrêmement calme, on sent presque planer un fantôme. Les gens sortent peu, il y a juste une file d’attente masquée devant l’épicier et la pharmacie. Une voiture de l’ambulance fait parfois le tour de la ville pour annoncer des conseils quant aux attitudes à adopter. Mes journées sont rythmées par les exercices physiques que je fais tous les matins pour me dépenser et m’étirer, les bons petits repas pour le moral, l’écriture d’un spectacle avec mon partenaire, et la création de masques de théâtre. Après il y a aussi beaucoup de temps passé à regarder les médias, des vidéos, lire, appeler la famille et les amis, et dormir plus que d’habitude ! Perso pour ne pas me ramollir, j’essaye de trouver une routine qui me motive à garder un rythme et faire quelque chose de ce précieux temps à disposition. Donc mon conseil pour un confiné débutant : profites-en pour faire ce que tu dis tout le temps ne pas avoir le temps de faire ! »


Florian, vivant à Budapest

Quelle est la situation dans ton pays actuellement ?

Aujourd'hui je suis à Budapest en Hongrie, ici la situation n'est pas catastrophique, tous les établissements accueillant du public sont fermés sauf ceux de première nécessité, nous pouvons sortir sans restriction mais les gens ici sont pleinement conscients de la situation et restent prudents sur leurs déplacements, les services de transports ne sont pas actifs à 100 % mais suffisants. En temps normal, Budapest est une fourmilière cosmopolite, là c'est proche de Walking DeadDébut mars, j'ai arrêté de me rendre dans les lieux publics, pubs, clubs ou tout autre événement. Je suis en réel confinement depuis 2 semaines. La situation ici est moins grave qu'en France, il y a des contaminés, je ne saurais te dire combien mais l'atmosphère ici est certainement moins pesante qu'en France.

À quoi ressemblent tes journées ?

Mes journée sont relax, j'écoute de la musique, je regarde des séries, des documentaires, je m'occupe aussi de mes comptes avec la bourse et les crypto monnaies.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Budapest , Hungary (@budapest_hungary) le

Des conseils pour un confiné débutant ?

Je suis de très mauvais conseil, moi ça ne me dérange pas plus d'être confiné. Je ne suis pas asocial mais j'aime beaucoup me retrouver seul, même si je ne te cache pas que le contact humain me manque quand même.

Qu'est-ce que tu fais pour ne pas t'ennuyer ou déprimer ?

Comme je te l'ai dit plus haut, musique, films, documentaires, mes affaires, mais l'ennui je le ressens réellement depuis 3 jours. Je marmonne et je me réveille avec de la frustration, il va falloir canaliser tout ça parce que ce n'est pas fini. 


Victor, vivant un peu partout en Colombie*

Quelle est la situation dans ton pays à ce jour ?

On s'amuse vraiment beaucoup. On rit à gorge déployée même. Il paraît qu'il y a une petite grippe dans l'air et qu'elle aurait déjà fait deux morts, mais de toute façon c'était des vieux et, pour ne rien enlever à leur faute, ils ne croyaient pas en Jésus-Christ. Faut pas chercher plus loin.

Depuis quand es-tu confiné ?

Depuis vendredi dernier minuit. Enfin, officiellement, la Colombie n'est pas encore en quarantaine. Ce qui a été mis en place est un simulacre pour voir comment le virus réagit à cette première mesure. Ce dernier aurait d'ailleurs déjà signalé à l'AFP que c'était une mesure liberticide et qu'il avait le droit, lui aussi, de s'amuser un peu. On ne l'a pas écouté et les gens, en tant que signe de reconnaissance dans leur opposition à ce virus, ont commencé à porter des masques chelous. En tout cas, le simulacre a été pris très au sérieux par les autorités : les flics patrouillent un peu partout et les rues des grandes villes sont quasiment vides. Quant à celles des villages... Y'a bien encore deux ou trois ivrognes qui jouent aux dés ou au billard, mais ceux-là auront plus de chance de mourir en s'enfonçant une cane dans l'œil ou en avalant leur foutu dé qu'ils auront confondu avec leur dernier verre d'aguardiente qu'en croisant la route d'un virus qui a décidé de sortir de chez lui et de rameuter tous ses potes (ils sont nombreux) pour manifester pour l'environnement.

À quoi ressemblent tes journées ?

Elles sont divisées en trois temps : le matin, le midi et le soir. Entre chaque temps, j'essaie de ne pas mourir. Plus sérieusement, je suis dans la maison d'amis à moi au fin fond de la campagne, à deux heures de Bogota dans un village qui s'appelle La Florida et que vous ne pourrez pas trouver sur Google Streets View (et tant mieux parce qu'actuellement je suis tout nu devant ma tente). La maison est elle-même située à trente minutes de marche du village, le long d'une voie ferrée désaffectée. C'est assez solitaire. Le matin, je me lève à 5h30 et je travaille avec la famille, je sème du maïs où je transporte des charges lourdes. J'aide aussi à la cuisine et je me fais mordre par le chat (qui n'a jamais su accepter ma nudité). L'après-midi, je digère et j'écris des conneries pour Les Oiseaux Noirs, la revue électronique que nous venons de lancer avec des amis. Souvent, ces deux activités marchent bien ensemble. Je me baigne ensuite dans la rivière mais comme elle est un peu froide, je n'y reste jamais trop longtemps. Et puis je lis, j'écoute de la musique et je médite.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Chloé (@the_stupid_wild) le

Des conseils pour un confiné débutant ?

Étant en plein air, j'ai peur de susciter de la jalousie. Alors je lui dirais de s'imaginer au milieu d'un champ avec un épi de maïs coincé dans la bouche, puis de penser à moi très fort. Tous les jours. Et je lui dirais enfin de s'armer d'un bon paquet de mouchoirs parce que la paille, c'est pas terrible pour s'essuyer.

Qu'est-ce que tu fais pour ne pas t'ennuyer ou déprimer ?

Je me dis que l'être humain, c'est périmé, et je regarde le journal de confinement de Pierre Emmanuel Barré pour rire un peu. Mais tout ça ne prend que finalement peu de place dans une journée alors, en attendant de combler l'agitation de mes pensées par la seule force de ma respiration, tel un Bouddha des rases campagnes, je marche à droite, à gauche et j'essaie de ne pas tomber dans un ravin. Je pourrais me retrouver nez à nez avec un être humain ancienne génération en état de putréfaction avancée. L'idée ne m'enchante guère.


*Victor, c'est l'ancien rédac'chef du Bonbon Nuit qui a tout plaqué pour partir sillonner l'Amérique du Sud. Il est un peu farceur, alors n'oubliez pas de chausser votre second degré en lisant son texte. 

Fin des articles